courrier des lecteurs

Courrier des lecteurs

Cette rubrique est ouverte à nos lecteurs qui souhaitent s'exprimer et se veut une contribution au débat démocratique. Elle est ouverte à la diversité  d'opinion et d'expression. Toutefois ne seront pas publiés les messages redondants, de nature publicitaire ou promotionnelle, contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, violents, racistes, révisionnistes, faisant l’apologie des crimes de guerre, injurieux ou grossiers, contraires aux droits d’auteur ou droits voisins, au droit applicable aux bases de données, au droit des marques, au droit à l’image, au droit au respect de la vie privée ou qui enfreindraient toute autre disposition législative ou réglementaire en vigueur

 

La cocotte-minute va-t-elle bientôt siffler? - Réaction

A propos de l'édito : la cocotte-minute va-t-elle bientôt siffler?

Cette histoire de la défiance de la jeunesse vis à vis de la classe politique ce n'est pas aussi simple qu'il y parait. En effet, j'observe que la nouvelle chambre élue est plus jeune que la précédente. Et non seulement plus jeune mais aussi plus "novice" c'est à dire qu'elle est composée de jeunes députés(es) pour qui c'est le baptême du feu. Faut leur faire confiance, ils ont été élus pour permettre un redressement économique de la France, redressement qui permettra aux jeunes sans emploi d'en trouver un justement. Ne pas aller voter, c'est se tirer une balle dans le pied en quelque sorte car ce sont les élus qui peuvent modifier le fonctionnement de la Société, modifier les rapports de force, modifier les conditions de l'accès au travail....Ne pas aller voter c'est se défiler trop facilement. C'est abandonner un des rares pouvoirs gratuit qui nous reste et pouvoir considérable si l'on y réfléchit bien. Donc réfléchissez jeunes gens et jeunes filles de ce pays merveilleux. Aller voter c'est lui donner une chance de se relever et de VOUS relever. - André Benvenuti

Bravo excellente analyse, nous sommes effectivement dans une situation à risques !  Jean-Marc Castanier

A force de mettre de l’huile sur le feu, la cocotte « brûle » : Le travail ne vient pas à vous, c’est vous qui allez le chercher. Si vous n’apportez rien à un employeur, il ne pourra rien vous donner. Les voyages forment la jeunesse, il ne faut pas avoir peur de bouger ses fesses. C’est vrai avec ces maximes je semble être un vieux « con ». Mais ma connerie m’a permis de m’épanouir et maintenant de pouvoir bénéficier de ma retraite sans avoir rien devoir à personne . Jean-Paul Decoene

 Vous écrivez : "Le nouveau Président et son gouvernement semblent décider à œuvrer en ce sens." Heureusement que vous avez pris la précaution d' écrire "semblent"! Car celles et ceux qui ont cru dans les promesses du candidat Macron, aujourd'hui président risquent fort d'être, pour le moins déçus surtout les salariés et retraités qui constituent la grande majorité des citoyens. Lionel Couty

A propos de Thau-infos en anglais...

 

 

Bonjour à tous nos lecteurs.

Nous seulement notre audience ne cesse de croître mais nos lecteurs sont aussi de plus en plus nombreux hors de notre territoire. Ces lecteurs lointains viennent du monde entier. Ils s'agit de compatriotes expatriés ou plus souvent encore de visiteurs qui ont été séduits par notre région et qui souhaitent garder un lien avec nous ou préparer un futur séjour en Languedoc.

A l'intention de ces lecteurs étrangers qui nous suivent et à l'attention des touristes qui découvrent Thau-infos pendant leurs vacances d'été, nous créons à présent une version anglaise pour les articles de nos rubriques "patrimoines" et "terroirs" qui participent à l'attractivité de notre territoire et à sa notoriété.

Le premier article concerne la pêche au "bouletchou" à Méze:

version anglaise:
http://thau-infos.fr/index.php/terroirs/peche/26111-la-peche-au-bouletchou-de-meze-2

Un compatriote au Canada

Je confirme, après 30 ans sur Sète où j ai enseigné aux beaux arts , je vis maintenant sur l'île de Vancouver au Canada 

François Michaud
www.francoismichaud.fr

 Un ami du Québec qui vit à Sète...

Great idea, you are doing a good job...particularly since we are in the 21st. century along with the internet, being bilingual is considered cool.
Though I live in Sète, actually I'm from Montreal and I tell friends and the kids in my youth project that in the province of Quebec you can't get a job unless you are bilingual....and it has been like that for quite some time.

Traduction : Bonne idée, vous faites un bon travail ... surtout depuis que nous sommes dans le 21ème siècle avec l'Internet, être bilingue est considéré comme cool.
Bien que je vive à Sète, en fait je suis de Montréal et je dis aux amis et aux enfants que de mon temps déjà dans la province de Québec, vous ne pouviez pas obtenir un emploi si vous n'étiez pas bilingue .... et il en est ainsi depuis un bout de temps.

Alfie Alfie Wade, Jr. - International Advisory Advocate - President Odyssey 21st Century Communications

Un lieu d'art et de culture ouvert sur le monde : l'espace o25rjj de Loupian

Bonjour et bravo pour cette initiative ! Nous sommes en relation permanente avec des artistes étrangers qui sont très intéressés par notre espace de création, notre village de Loupian et aussi implantation autour du bassin de Thau, nous pourrons ainsi relayer vos articles en anglais à l'occasion, bonne continuation...

Pascale Ciapp 
L'Espace o25rjj - L'Art Contemporain chez l'Habitant 

Auprès de son arbre : non à l'instrumentalisation de Brassens

« Michel Audiard aurait dit "Les cons, ça ose tout, c'est à ça qu'on les reconnaît". Moi, je dis "c'est minable !" Oui, minable que la candidate du FN à Sète affiche sur sa propagande électorale une photo d'elle enfant à côté de Georges Brassens ! L'auteur de "La ballade des gens qui sont nés quelque part", de "La chanson pour l'Auvergnat", de "La visite", des "Patriotes" et de tant d'autres chansons qui fustigeaient le nationalisme, le chauvinisme et la xénophobie doit se retourner dans sa tombe. Pauvre Brassens utilisé malgré lui pour de la propagande haineuse !!! »

Pierre Schuller,
Président del'association dédiée à Georges Brassesns : Auprès de son arbre

Ma famille pied-noir n'est pas une criminelle contre l'humanité

Nous publions ci-dessous le courrier reçu du Dr. Patrick Misse qui n'est pas une prise de position politique, mais simplement un témoignage d'une famille prise dans les tourments de l'Histoire.

Mon grand-père était un Humaniste tolérant, ouvrier tourneur chez Citroën à Paris. Il est rentré chez lui à Alger dès qu’il en a eu ma possibilité. Il a loué un local en terre battu pour en faire un garage boulevard Thiers. Il a travaillé dur avec sa femme des dizaines d’année pour élever ses cinq enfants au temps où la sécu et les allocs n’existaient pas. Il vivait dans le quartier populaire de Bab El Oued « Porte de la Rivière », près de l’usine d’allumettes et de ses vapeurs toxiques. Il a réussi, après des années de labeurs, à construire une villa où il aimait réunir sa famille et ses amis. La vie devenait plus clémente. Pas pour longtemps. Le cri du Général de Gaulle à Alger « Je vous ai compris » l’a rassuré ainsi que toute la famille, persuadée qu’elle allait pouvoir rester dans son pays natal. Elle s’est sentie trahie en 1962. Mon Grand-père a eu la « chance » de mourir en 1960 d’un cancer. Il n’aurait pas supporté d’être rapatrié, comme un parent, poète sensible, qui s’est suicidé. Ma Grand-Mère a vécu des années dans le dénuement, hébergée par ses enfants. Je ne l’ai jamais entendu se plaindre.
Mon père, technicien, avait travaillé un temps à Paris après ses études à l’école du froid. Il ne résista pas à l’envie de rentrer en Algérie, bien que sa fiancée refuse de le suivre. Il rencontra puis épousa ma mère à Oran. Elle était fleuriste à Primavera. Les autres enfants de mon grand-père étaient garagiste, secrétaire, fonctionnaire, ouvrier. Ma famille était modeste. Ma cousine Dominique en 1973, puis moi l’année suivante, avons été les premiers bacheliers de la famille. Mon Grand-Père, qui privilégiait l’éducation, en aurait été heureux. Il n’était hélas plus parmi nous.
Ma famille n’est pas une criminelle contre l’Humanité, elle ne souhaitait que vivre en harmonie avec tous les habitants de ce beau pays qu’est l’Algérie.
Je suis très ému en écrivant ces lignes.

Patrick Misse

NB : Je précise que mon père, après 1962, décida de tourner la page… et que je suis pour l’indépendance de tous les peuples qui en expriment le souhait. Ce témoignage est juste celui d'une famille en proie aux tourments de l'Histoire.

Nuées, fumées et encre de seiche.

de Hervé Le Blanche

Le nouveau président de la République, nouvellement intronisé, est en quête d'une majorité à l'Assemblée nationale. E. Macron est peut-être en marche vers un nouveau succès, mais le parcours du 8ème monarque républicain ne s'effectue pas en terrain découvert. Et sans doute pas dans la clarté la plus absolue.

 En effet, de lourds nuages assombrissent l'azur de l'embellie suscitée par l'élection. Tout compte fait, celui qui va présider aux destinées du pays pour cinq ans n'a été l'élu que de 40% du corps électoral. Son succès ne fera pas disparaître les partis que l'on qualifie au mieux de "protestataires", surfant sur la vague populiste, ni les électeurs qui ont apporté leurs suffrages à l'extrême droite et à J.L. Mélanchon. Il se peut qu'avec la droite il y ait des accommodements (n'y en a-t-il pas avec le ciel?), mais cela ne fera qu'accentuer un côté mi-chèvre - mi-chou nègre-blanc, cher aux radicaux des années 30. G. Bidault quand il était un parlementaire respectable sommait de trancher entre la carpe et le lapin et la sagesse des nations sait ce qu'il en est de certains pâtés de lièvre. E. Macron, habitué des succès hors du commun, possède-t-il le don de faire disparaître les partis politiques et les électeurs qui votent pour eux ? Et quand bien même l'orage partisan ne viendrait pas faire obstacle à l'obtention d'une majorité, on se retrouverait devant certains rideaux de fumée déjà utilisés dans le passé.

V. Giscard d'Estaing, en son temps déjà, voulait "gouverner au centre", voire rassembler "deux Français sur trois". Moyennant quoi, il œuvra pour faire payer aux ménages la lourde facture des chocs pétroliers de 1973 et 1979. La fin de son septennat fut marquée par le chômage (un million au moins de sans emploi) et une inflation à deux chiffres. Mais subsista longtemps aussi le rideau de fumée des apparences : jeune, expert et moderne à la fois. Et du temps du général de Gaulle, il n'y avait plus, disait-on, de droite, ni de gauche, seulement "la majorité" et "l'opposition". Cela n'empêcha pas en 1958 une vague conservatrice de déferler dans le pays. Symboliquement, en bonne place dans les magazines, on montrait P. Mendès France quittant son bureau de la mairie de Louviers. On ne fait plus brûler de poudre à canon pour masquer des mouvements suspects, mais il est une technique de brouillage que les Sétois connaissent bien, celle de la seiche. Le céphalopode jette de l'encre pour dissimuler ses actions. La pompe des cérémonies, la jeunesse de l'équipe présidentielle, l'appel à des non politiciens, autant de jets noirâtres jetés aux yeux des citoyens.

Car l'on veut favoriser "l'investissement" et accéder aux demandes patronales (code du travail, facilitation des licenciements). Qui se soucie des 15 millions de Français vivant avec moins de 1500 euros par mois ? On va parler de "leur redonner du pouvoir d'achat". C'est clair comme de l'encre de seiche.

Hervé Le Blanche

Lettre ouverte aux conseillers communautaires de l'ex CCNBT

Nous recevons la lettre ouverte suivante :

Chers Ex-Collègues,

Vous vous apprêtez à vous prononcer sur le taux de CFE de la nouvelle agglo de Thau.
Je vous rappelle vos prises de position d’avant fusion, qui consistaient à rejeter celle-ci sous prétexte, entre autres, qu’elle allait occasionner un surcoût pour nos entreprises en terme de CFE insupportable.
Aujourd’hui, l’agglo vous propose un passage du taux, pour les entreprises du nord du bassin de Thau de 34,88 à 39,89% sur deux ans.
Cette augmentation n’est pas de 5%, comme certains essaient de le faire croire, mais de 5 points ce qui représente 15% de hausse du taux, que l’on ne lisse que sur 2 ans. Soit 7,5% d’augmentation par an.
Vous n’êtes pas sans savoir que la loi nOTRE permet un lissage sur 12 ans de ce taux.
De plus, on peut s’interroger sur le « retour d’investissement » pour nos entreprises. Ne va-t-on pas demander plus au Nord pour boucler certains financements au Sud ?
Nous vous indiquons donc que nous informerons toutes les entreprises du nord du bassin de Thau, sur l’identité des élus qui voteront cette proposition qui peut impacter certaines entreprises jusqu’à 25 000€ (selon notre calcul) avec un effet maximum à l’aube de 2019.
Nous savons que bon nombre d’entre vous se sont opposés à ce choix en commission et nous allons donc constater ensemble si vous avez de la suite dans les idées et représentez dignement le nord du bassin de Thau et le défendez, comme vous vous y êtes engagés suite à l’intervention de Gilles PHOCAS, lors de la dernière réunion du conseil communautaire de la CCNBT.
Il est temps que chacun assume ses actes vis-à-vis de nos administrés.

Magali DESPLATS (Bouzigues), Jacques LLORCA (Poussan), Gilles PHOCAS (Mèze) ex conseillers communautaires CCNBT et conseillers municipaux de leur commune. Yvan GARCIA, conseiller municipal de la ville de Mèze - André GENNA, conseiller municipal de la ville de Loupian

Savoir raison garder.

de Rosy Ric

 Après que la férule du vote-sanction se soit abattue sur la "classe " politique traditionnelle, voici venu le temps de la raison. Car le danger est encore là : nombreux sont ceux qui veulent s'abstenir pour le deuxième tour. Et le vote "frontiste" est important tout particulièrement dans toutes les communes du littoral languedocien. Pourquoi ?

Pourquoi certains se laissent-ils embobiner par le discours irréaliste et xénophobe du Front national ? Surtout les ouvriers, les "petites gens", ceux qui ont le plus à perdre dans les affres du repli sur soi et de la dévaluation ! Et pourquoi rejetterions-nous les étrangers, nous qui sommes tellement métissés depuis que l'Homme est sorti d'Afrique?

Le quinquennat qui s'achève, les divisions, les ambitions politiques, les "affaires" ont fait des ravages dans l'opinion publique. Nombreux sont ceux qui sont déçus par les résultats du 1er tour et qui ne mesurent toujours pas que sont en jeu les valeurs de la République, ni les conséquences de leur abstentionnisme.

Le danger économique, social, idéologique de l'extrême droite est là. Pour le combattre, il ne faut ni s'abstenir, ni voter blanc.

Rosy Ric.

Les dauphins

Une fable d'Yves Marchand

C’est dans l’adversité qu’il faut choisir son guide
Demeurer vigilant sans paraître candide.

Une compagnie de dauphins
Plongeait joyeusement à la proue d’un vaisseau
Sous les yeux des marins. Dans des fonds abyssaux,
Ils poursuivaient des églefins.
Le navire-amiral fendait les océans
Sans prendre garde à son escorte.
Le pacha contemplait d’un regard de géant
La ligne d’horizon chassée par la cohorte.

Bercé par le confort de cette rêverie
Propre à donner au faible une illusion de brave,
Il négligea de voir, s’éloignant de l’étrave,
Les dauphins suspecter une piraterie.

Ces animaux marins, alertés par une onde
Qui venait de la mer ou qui venait des cieux,
Avaient abandonné leurs compagnons de jeux,
Et loin du bâtiment continuaient leur ronde.

Des dauphins, les marins avaient fui le panache.
A bord, tout l’équipage avait repris sa tâche.
On avait peu de temps avant le prochain port
Pour livrer outre-mer les produits de l’export.

Les hommes, inconscients du danger qui les guette,
Vérifient les liens et les connaissements.
Ils sont déjà demain pour partir en goguette,
Proches du bastingage et de l’appontement.

Mais une explosion suivie d’un tremblement
Les ramène au présent et secoue le cargo.
Personne n’a rien vu. Un sifflement strident
Hurle au-dessus du pont et fait fuir les oiseaux.
Aucun ordre ne vient. Les marins sont hagards.
Le bateau vogue sur son erre
A la dérive. Il est guidé par le hasard.
Perdu, sans gouvernail, il n’a plus de repère.

La passerelle est vide. Où est le commandant ?
Les hommes sont partis. Ils se cachent ou sont morts.
Pas de pilote en vue. Pas même un lieutenant.
C’est alors que, de loin, revenant sur bâbord,
Sans avoir l’air de rien, après leur escapade,
Les dauphins, de retour, reprennent leur parade.

Seul, au milieu des mers, escorté par sa garde
Le navire-amiral, tous pavillons au vent
Ne compte qu’un marin près du gaillard d’avant
Pour reprendre le cap dans l’aurore blafarde.

Ignorant les dangers, se fiant à ses guides
Il s’en remet au sort dicté par son instinct.
En saisissant la barre, il croit en son destin,
À Neptune, à la mer et à ses Néréides.
C’est à lui de fixer, pour sauver corps et âmes,
La route et les moyens de s’éloigner du drame.

Alors qu’il se dispose à mettre cap au Nord,
Le second, revenant de l’on ne sait trop où,
Juste avant d’expirer, le supplie à genoux
De virer de bord pour atteindre le Bosphore…

Le marin obéit. Mais, voyant les dauphins
S’orienter sur tribord, le nouveau commandant
Choisit de négliger l’ordre de son mandant,
Et d’opter pour leur choix en suivant leur chemin.

Ce sont eux désormais qui mèneront le bal.
Leurs moindres mouvements auront force de loi.
Ils devront définir le bon point cardinal
Et le commandement s’en tenir à leurs voix.

Les pilotes souvent de leurs voeux sont esclaves.
Du plus beau des vaisseaux, ils laissent une épave.
Tout seul ou à plusieurs, le bon gouvernement
Doit sauver le bateau, sans accommodement.

Yves Marchand

Français, encore un effort !

d'Hervé Le Blanche

Sète, en Méditerranée (43°24' de latitude N, 3°44' de longitude E), est le port le plus important de la région Occitanie et donc, par conséquent, bien situé en France. Aussi, nombre de Sétois sont-ils, après le 1er tour de l'élection présidentielle, concernés par l'apostrophe d'un écrivain sulfureux de la fin du XVIIIème siècle à l'adresse de ses compatriotes. Car il y a bien des efforts à fournir pour être républicain, peut-on penser à la lecture des résultats de ce premier tour.

Certes, au plan national, le leader d'"En marche!" devance de près de 2 millions de voix la présidente du Front national. Mais à Sète, elle a recueilli 27,77% des suffrages. Au Barrou, on a voté FN à 34,40% et même 37,71% aux Métairies ! Plus surprenant à l'Ile de Thau (bureau A. France), ce parti recueille 29,03%. Voila qui est pour le moins inquiétant même si J.L. Mélanchon réalise de bons scores (24,20% à Sète, 43,42% à l'Ile de Thau, selon Midi Libre du 24 avril). Inquiétant donc et à plus d'un titre. A Sète où sévissent chômage et pauvreté, il faut s'inquiéter de voir qu'une partie de l'électorat populaire souhaite confier son avenir à une démagogue "forte en gueule" (selon un grand journal du soir). Dont le programme économique est totalement irréaliste sous des apparences de "bon sens" et dont tout citoyen quelque peu conscient peut se demander s'il peut être mis en œuvre. Outre qu'une majorité de Français est attachée à l'Europe, il se trouve que la révision de traités internationaux se heurterait à de redoutables problèmes. Il se trouve aussi que cette révision ne peut être soumise à un référendum. Selon les juristes, même le recours à l'article 11 (organisation des pouvoirs publics) est anticonstitutionnel).

Et c'est sans compter avec les conséquences économiques et sociales d'une sortie de la zone Euro. Les Sétois sont-ils décidés à payer plus cher les marchandises importées, textiles, appareils électroniques, essence et autres hydrocarbures ? Et en Ile singulière, quel serait le devenir du port (2500 emplois), instrument d'échange par excellence ? Taxerait-on le bois africain, les tourteaux de soja du Brésil ? Pourrait-on exporter aux mêmes conditions le bétail ? En fait, la "fille à papa" (toujours le même grand journal du soir) a vécu dans un petit cercle imprégné de la pensée réactionnaire telle que l'a diffusée C. Maurras et qu'il a exprimée dans un moment dramatique de notre histoire : "La France seule!" Le même Maurras qui versait parfois dans le populisme, écrivant à Martigues "pour les pêcheurs qu'on empêche de travailler" et prétendant déduire le vote des vignerons d'après l'abondance et la qualité des raisins (S. Giocanti, Maurras, Flammarion 2006). Le même Maurras qui éructait contre les "métèques" et s'indignait de voir  Paris trop d'enseignes aux noms d'Europe orientale, et même grecs !

Maurras voulait renverser "la gueuse". C'est bien cette revanche sur 1789 qu'au bout du compte cherche la présidente du FN, au delà des revanches à propos de l'Algérie, de Vichy. Revanche sur la République. Alors, Français, encore un effort !

Hervé Le Blanche

Barrage

de Véronique Calueba-Rizzolo

Les conseillers départementaux Véronique Calueba, Front de Gauche et Sébastien Andral, PCF, vous invitent à faire barrage au Front National au 2ème tour de la présidentielle . Nous appelons à un rassemblement républicain mais n'accordons aucun crédit à la politique  libérale qui sera mise en œuvre. Nous nous engageons dans la bataille des législatives pour porter à l'assemblée un groupe de gauche radicale qui combattra pour un changement social et écologique."

Véronique Calueba-Rizzolo
Conseillère départementale (canton de Sète).

Morts d’été

Entre Béziers et Montpellier, il n’est pas de jour où on est à déplorer un accident grave en période d’été. Alors que les accidents de sortie de boite ont presque disparu grâce à l’action de la prévention routière et à la collaboration des patrons de discothèques, on déplore quotidiennement des chocs entre voitures. L’alcool n’est plus en cause mais on constate chaque fois un manque de vigilance des conducteurs. L’insouciance des vacances a de bien terribles conséquences.
Autre fléau d’été : les noyades. Dans notre région, on en comptabilise une dizaine  depuis le début de l’été. Cela malgré la présence des secouristes et autres garde-plages nombreux sur notre littoral, de Palavas à Valras. Souvent, ce sont des hommes âgés qui en sont les victimes car ils préjugent de leurs forces et ne comprennent pas que le poids des ans ne leur permet plus les performances de leur jeunesse. Alors...

» suite de l'édito
de Bernard Barraillé