EDITO

Il y a urgence à penser le temps long

La vie quotidienne demande de la rapidité. On va au fast-food en voiture. Notre pizza doit être livrée en moins de 30 minutes. On met un plat surgelé au four à micro-ondes pour pourvoir le consommer dans les 5 mn. Amazon propose ses livraisons en 1 jour ouvré. La « Caisse éclair » de la banque permet aux clients de retirer de l'argent sans attendre aux guichets. On s’impatiente dès qu’un téléchargement d’une page internet dure plus de 2 secondes. Au travail, la recherche de la productivité est devenue une obsession. Le « juste à temps » s’est généralisé dans la logistique. Pour le responsable de projet, le respect des délais est un impératif de sa feuille de route. Dans tous les secteurs, comme sur un vélo, il nous faut pédaler vite pour éviter de tomber.

Pas de temps à perdre non plus dans la vie sentimentale : on drague en trois clics sur « meetic » ou sur « adopte-un-mec » et si ça ne marche pas on participe à un « speed dating ».

Notre société moderne aime la vitesse : tout ce qui va vite est bien. Le progrès technologique permet de passer de moins en moins de temps pour réaliser une tâche ou une activité donnée. Ce progrès devrait donc nous permettre de gagner du temps. Alors pourquoi avons-nous l’impression d’être débordés en permanence, d’être « surbookés » et de manquer de plus en plus de temps libre? Pourquoi en arrivons-nous à faire plusieurs choses à la fois : manger en regardant la télévision, téléphoner en conduisant, etc ?
La  raison en est que non seulement le progrès va vite mais qu’il multiplie aussi les tâches et les activités à faire. Il y a un siècle, un français écrivait en moyenne une lettre par mois et cela lui prenait une heure. Aujourd’hui il rédige un email en 5 minutes et un SMS en moins d’une minute mais dans le même temps ses contacts se sont multipliés ce qui fait qu’au total il consacre à présent plus de 10 heures par mois à sa messagerie électronique et à son téléphone portable.
Il y a un siècle, l’Européen mettait moins d’une demi-heure pour se rendre à pied à son travail, à l’usine ou aux champs, situé à environ 3 km de sa maison. Aujourd’hui il a une voiture capable de rouler à plus de 100 km/h mais, avec la circulation et les bouchons, il met plus d’une heure pour parcourir les 30 km qui sépare son domicile de son lieu de travail. La machine à laver nous a permis de gagner du temps pour laver le linge mais on le lave plus souvent. La société de consommation nous a comblé de biens matériels (télévision, ordinateur, jeux vidéo...) mais chacun d’eux sont autant de sollicitations chronophages. La technologie en tant que telle n’est donc pas la cause intrinsèque de notre manque de temps, c’est l’accélération du volume de progrès qui est à l’origine de cet effet pervers

Plus insidieux, l’accélération du rythme du changement social induit aussi une confusion entre la notion de vie réussie et celle de vie bien remplie.
L’objectif dans nos sociétés occidentales est de multiplier les expériences et de faire mille choses : du sport, de la musique voyager, aller au spectacle, changer de métier, changer de conjoint, etc. En allant plus vite on peut en théorie faire plus de choses dans une vie. La réalité est que le stress qui en découle tend à nous à nous gâcher la vie.

Dans le domaine politique, l’accélération des décisions peut être justifiée dans des situations d’urgence ou de crises profondes mais l’urgence permanente ou l’hyperactivité des responsables peut aussi avoir des effets pervers. L’obsession de la rapidité appauvrit la réflexion, elle induit une absence d’analyse approfondie des situations ou des problèmes. Les questions d’actualité constituent occupent trop souvent le devant de la scène. Faute d’avoir réfléchi avant d’agir, on se retrouve en permanence à devoir corriger des effets non anticipés. Le court terme prend tout le champ de la pensée politique alors que l’urgence est de traiter les problèmes de long terme comme le climat, l’eau, le nucléaire, etc. La vitesse en politique conduit enfin à réduire les phases de concertations et finalement à limiter le jeu démocratique.

Jacques Carles

Du centre-ville au cœur d’agglo

Georges Frêche, l’ancien président de l’agglo de Montpellier avait un gros ego et de gros défauts mais il était visionnaire. Force est de lui reconnaître d’avoir su développer Montpellier. C’est lui qui est à l’origine, entre autres, de la création d’un nouveau centre-ville en périphérie du Montpellier historique. Un quartier moderne qui abrite la nouvelle mairie de Montpellier et nombre de commerces, de services et d’activités de notre époque.

 Sète la ville principale de l’agglomération du bassin de Thau est excentrée par rapport à son territoire. Elle ne dispose que de très peu de réserves foncières et les problèmes insolubles de circulation qu’elle rencontre limitent son essor. Dans ce contexte le dépérissement du commerce de son centre-ville sous sa forme présente semble inéluctable. Au rythme actuel, Sète deviendra en 2050 une sorte de Pointe Courte de luxe habitée en majorité par des retraités aisés. L’essentiel de la population de l’agglo et son activité se seront déplacées vers le nord.

Pourquoi alors ne pas s’inspirer de nombres de villes italiennes qui ont totalement banni la voiture de leur centre-ville historique pour en faire des lieux d’un authentique art de vivre où la culture et le patrimoine nourrissent l’activité économique. Pourquoi ne pas s’inspirer aussi de notre voisine Montpelliéraine en créant un second cœur de ville ou plutôt un coeur d’agglo, celui de Sète Agglopôle Méditerranée, au centre de gravité du territoire de Thau, qui se trouve à quelques pas de l’hôtel d’agglomération sur la commune de Balaruc les bains ?

Jacques Carles


centre de gravité de Séte Agglopôle Méditerranée
(barycentre pondéré des populations des communes de Thau)

 

  • Latitude : N 43° 26’ 09’’
  • Longitude : E 3° 41’ 18’’

 

De la laïcité aux valeurs de la république

Si l’origine de la laïcité remonte au siècle des lumières, époque où la France rayonnait non par ses armes mais par ses idées, ce n’est qu’en 1905 qu’elle devient force de loi avec la séparation de l’église et de l’état. Cette loi affirme que « la République assure la liberté de conscience et garantit le libre exercice des cultes ». L’état est neutre par rapport aux options spirituelles. Chacun est libre de suivre la religion qu’il veut ou libre de n’en suivre aucune. Par suite « la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte ».

Avec l’émergence d’un nouveau cléricalisme, des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour un retour à l’application rigoureuse de la loi. Elles dénoncent les compromis qui deviennent des compromissions et les élus, qui par clientélisme électoral, détournent l’argent public pour financer des communautés religieuses. L’impuissance de ces communautés à éradiquer un intégrisme sanglant, ravive par ailleurs une xénophobie tenace.

L’obscurantisme religieux avec ses fous de Dieu qui tuent au nom de leur religion n’est hélas pas nouveau. Les jihadistes n’ont rien inventé. Moïse demandait déjà aux juifs de massacrer les Cananéens et le Grand Inquisiteur catholique usait du bûcher pour raviver la foi. Le monothéisme n’est plus un progrès quand on voit l’interprétation faite par les fanatiques de la bible ou du Coran. Pour Breivik à Oslo comme pour l’illuminé de Trèbes « Dieu » n’est plus qu’un alibi pour assassiner à défaut de défendre et de dominer.
Face à ces dangers, les médias se focalisent sur l’accessoire comme le port du voile ou du foulard.
Les jeunes femmes voilées et ceux qui voient en lui une provocation, seraient bien étonnés d’apprendre que le voile pour la femme n’est pas une invention de l’islam mais qu’il a d’abord été un signe de piété chrétienne !

Dans sa lettre aux Corinthiens Paul, le premier, lie le voile des femmes à leur relation à Dieu. Les pères de l’Église, à sa suite, ont imposé aux chrétiennes de se couvrir la tête alors que le port du voile des femmes n’était jusque là qu’une coutume païenne localisée dans les villes du pourtour de la Méditerranée. Encore au siècle dernier, en Europe du Sud et en Orient chrétien, les femmes portaient souvent un voile ou un foulard sur la tête. Si le Coran ordonne aux femmes de se couvrir pour que les hommes les respectent c’est donc moins un signe de soumission à la puissance divine qu’un usage social. Ce simple exemple montre combien nous aurions intérêt à comprendre ensemble nos héritages culturels plutôt que d’en faire des points d’affrontement qui n’ont aucun sens. C’est sur les terrains économiques et sociaux qu’il faut travailler, non sur les détails vestimentaires.
Autre exemple : la caricature. On peut comprendre qu’une caricature de Mahomet puisse choquer mais en pays laïc, le musulman doit s’y habituer comme l’ont fait les chrétiens et les juifs. Sinon pourquoi les bonapartistes corses ne demanderaient-ils pas l’interdiction d’insulter Napoléon ?

Pour avoir raison du fanatisme et de l’obscurantisme, notre pays ne doit plus douter de lui-même. Il doit redonner du sens à ses valeurs : les droits de l’homme, l’égalité devant la loi, l’égalité des chances, la liberté de croire ou de ne pas croire, la solidarité et la fraternité.
Comme le remarque Abdennour Bidar, normalien et agrégé de philosophie, né à Clermond-Ferrand , à propos de la morale laïque réintroduite dans l’enseignement, « si l'école fait une morale qui ne parle pas de fraternité alors que les religions parlent essentiellement de celle-ci, le risque est de voir se répandre dans l'opinion l'idée de deux morales concurrentes : celle de l'école et celle des familles."

Bretons Alsaciens, Basques Catalans Picards avaient peu en commun, pas même la langue. Ils ont construit une nation avec les Polonais, les Italiens, les Arméniens, les Espagnols, les Hongrois, les Africains et tous les autres qui nous ont rejoint ensuite. De l’écrivain Alexandre Dumas d’origine afro-antillaise au prix Nobel Marie Curie venue de Pologne en passant par l’ancien président Nicolas Sarkozy fils d’émigré hongrois, les exemples ne manquent pour illustrer le creuset français

Pour retrouver un avenir, la France doit être fière de son histoire. Elle doit enseigner de nouveau la laïcité et les valeurs de la république à ses enfants de toutes origines, qu’ils soient chrétiens, musulmans, juifs, agnostiques ou athées.

Jacques Carles

Un escalier se balaye en commençant par le haut

Le gouvernement annonce un plan de départ volontaire de 120.000 fonctionnaires. Beaucoup vont applaudir car l’opinion, façonnée par les discours des médias dominants, a trouvé son bouc émissaire : la fonction publique. Trop nombreux et pas assez efficaces, les fonctionnaires coûtent trop chers.

Ce pilonnage anti-fonctionnaire résulte cependant plus d’une posture idéologique que d’une analyse objective de la situation. Dans bien des cas ce n’est pas de trop de fonctionnaires dont nous souffrons mais au contraire de pas assez ! L’hôpital avec son manque chronique de personnel soignant, les quartiers sensibles désertés par la police ou encore l’insuffisant accompagnement d’une jeunesse à la dérive sont là pour nous le rappeler.

La privatisation, autre obsession de la pensée libérale, a aussi ses effets pervers. L’eau du privé coûte-t-elle moins cher que l’eau des régies municipales ? La poste ou la SNCF fonctionnent elles mieux depuis que le privé a repris des pans entiers de leurs activités ?

Le privé est-il le bien parfait ? Le public est-il le mal absolu ? Sont-ils même si différents ?
Il y a autant de petits barons exécrables préoccupés de leur propre ego ou de leur carrière dans le privé que dans la fonction publique. Il y a autant de petites mains payées chichement qui font tourner la boutique avec abnégation dans les deux secteurs. Qu’est ce qui distingue la standardiste du privé qui doit faire face à un client grincheux d’une standardiste du public qui doit expliquer à un "usager" pourquoi sa demande n’a pas été acceptée ?

Comme partout, il y a des tire-au-flanc dans la fonction publique mais il y a aussi des personnes impliquées qui font marcher un système qui marche souvent sur la tête. Tout comme le privé, le public recourt aux contrats précaires et prend des libertés avec le droit du travail pour pallier les effets pervers d’une gestion centralisée. Il y a des services défaillants dans le public comme il y a des entreprises en faillite dans le privé. Opposer public et privé ne fait qu’entraîner un nivellement par le bas des conditions de travail et des salaires.

La mode est à la réduction du nombre de fonctionnaires mais paradoxalement, dans le même temps, en France et en Europe, on n’a jamais autant généré de lois, de règlements et de directives qui aboutissent à une augmentation de la bureaucratie rendant plus difficile la tâche des services publics dont on réduit les moyens.

Les pays scandinaves, dont la proportion d’emploi public est plus élevée qu’en France (30% en Suède contre 20% en France) sont ceux qui s’en sortent le mieux. Leur qualité de vie reste un exemple et ils ont su préserver une croissance supérieure à la nôtre.
La Grèce moribonde, avant même son "sauvetage" par l’Europe et le FMI, affichait un taux d’emploi public de 6%, un taux parmi les plus faibles du monde occidental. Un faible taux d’emploi public n’est donc pas synonyme de vertu.

Le déficit public de la France n’est pas dû aux fonctionnaires, il est d’abord le fait d’une mauvaise gestion. Air Sarko One, l’avion de luxe du Président Sarkozy était-il un investissement opportun ? La construction d’un hôtel de région pharaonique à Montpellier par Georges Frêche était-il judicieux ? Le même Georges Frêche qui à peine en fonction faisait refaire son cabinet de toilette et commandait l’achat d’un porte-balayette à 396 euros signé Philippe Starck gérait-il bien l’argent public ?

Réduire le nombre de fonctionnaires sans revaloriser leurs missions et sans corriger les méthodes de gestion ne pourra qu’aggraver encore la situation du pays. La haute fonction publique et les élus doivent donner l’exemple. Dans ce domaine comme dans d’autres, un escalier se balaye en commençant par le haut.

Jacques Carles

Sète la Singulière
par Louis Bernard Robitaille

« Île singulière » a écrit Paul Valéry de sa ville natale. Pendant des siècles, Sète resta un territoire vierge, une boule de calcaire couverte de pins et entourée de sables marécageux, qui servait de refuge aux pêcheurs et aux corsaires. Son accès y était malaisé, par terre ou par mer. Il fallut la décision de Louis XIV et de grands travaux d'aménagement pour que soit créé de toutes pièces en juillet 1666 ce nouveau port de mer qui avait vocation à desservir les États de Languedoc. Mais la seconde et véritable naissance de la ville date de l arrivée du chemin de fer en 1839 qui la reliait enfin au reste du pays. La population et l'activité portuaire grimpèrent en flèche en quelques décennies. La vraie nature de Sète qu on appela généralement Cette jusqu en janvier 1928 est donc celle d'une ville du 19e siècle. Une ville de canaux et d'îlots artificiels reliés par ses ponts de pierre ou de métal. Un port de commerce où venaient s'amarrer de grands voiliers puis des cargos venus du monde entier. La bourgeoisie se composait de grands négociants souvent protestants et originaires du nord de l'Europe. Sa tonnellerie, qui employa jusqu à mille artisans à la fin du 19e siècle, fut la plus importante au monde. Ville de dockers et de commerçants, Sète fut et resta une ville fiévreuse, traversée par les passions politiques et l'effervescence d'une vraie culture populaire qui s'exprimait au théâtre de la Grand Rue ou au travers de la littérature de « baraquette  ». » Amazon

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations